Certains collaborateurs parlementaires seraient rémunérés par des lobbies | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Certains collaborateurs parlementaires seraient rémunérés par des lobbies
©Reuters

Mélange

Certains collaborateurs parlementaires seraient rémunérés par des lobbies

Le député UDI Charles de Courson a présenté un amendement visant à interdire cette pratique, mais l'amendement n'a pas été adopté.

Certains lobbies rémunéreraient les collaborateurs parlementaires. En tous les cas c'est ce qu'a déclaré Charles de Courson, député UDI de la Marne reconnu pour son expertise sur les sujets budgétaires et administratifs, en séance de l'Assemblée nationale. Celui-ci avait déposé un amendement à la loi Sapin 2 visant à interdire la rémunération des assistants parlementaires par des lobbies, et a déclaré :  

Ce modeste amendement vise à interdire la rémunération des collaborateurs d’élus par des représentants d’intérêts. Il ne faut pas mélanger les genres, bien que de tels cas existent, hélas ! En termes clairs, un assistant parlementaire ne peut pas être rémunéré par l’Assemblée nationale d’un côté et par des lobbies de l’autre.

L'amendement a été écarté par le rapporteur (PS) du projet de loi, Sébastien Denaja, comme étant trop éloigné du sujet de la loi, bien que celle-ci est justement censée encadrer le lobbying. 

Pour l'instant, on ne sait pas combien de collaborateurs parlementaires sont concernés par cette pratique. Il est vrai que les collaborateurs parlementaires sont souvent employés par des contrats précaires et avec de faibles rémunérations. 

Lu sur Business Insider France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !