Cérémonie des JO 2024 à Paris : Guy Drut alerte sur le coût et les conditions d’organisation de l’événement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Guy Drut redoute le coût des Jeux olympiques et d’éventuels dépassements de budget. Guy Drut, Thomas Bach et Tony Estanguet arrivent pour une rencontre avec le président français à l'Elysée, le 7 juin 2019.
Guy Drut redoute le coût des Jeux olympiques et d’éventuels dépassements de budget. Guy Drut, Thomas Bach et Tony Estanguet arrivent pour une rencontre avec le président français à l'Elysée, le 7 juin 2019.
©Dominique FAGET / AFP

Effet d’annonce

Cérémonie des JO 2024 à Paris : Guy Drut alerte sur le coût et les conditions d’organisation de l’événement

L'ancien ministre des Sports assume de poser les questions qui « fâchent » à deux ans des Jeux olympiques de Paris. Il s'est confié à la rédaction du JDD. Membre du CIO depuis 1996, Guy Drut aimerait que le monde politique ait plus de poids et que le budget initial soit respecté.

A deux ans de l'ouverture des Jeux olympiques de Paris, le 26 juillet 2024, la cérémonie d'ouverture prévue sur la Seine pose de nombreuses questions en termes d'organisation et de sécurité, notamment après les incidents survenus au Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions entre Liverpool et le Real Madrid. Alors que l’homme en charge de cet événement, Tony Estanguet, explique dans Le Journal du Dimanche qu'il faut « garder son sang-froid », l’ancien ministre des Sports, Guy Drut, a émis quelques réserves. Il a également accordé un entretien au JDD.

« Je n'ai pas pris part au vote sur la cérémonie d'ouverture, car on est allé beaucoup trop vite. Sur le principe, je suis loin d'être contre - l'idée est excellente. Mais sur la réalisation, on a privilégié l'effet d'annonce, et ça me gêne. Pourquoi il n'y a pas de plan B ? On peut avoir la même cérémonie, suivie par davantage de monde, au Champ-de-Mars, qui est plus facilement sécurisable. Il y a trop d'incertitudes. Les JO, c'est une compétition entre sportifs, pas entre comités d'organisation. Étant donné les conditions actuelles, on peut oublier le superflu ».

Tout en indiquant qu’il ne souhaite pas jouer « le type aigri », le membre du Comité international olympique depuis 1996 assume de poser les questions qui « fâchent » :

« J'ai participé à l'aventure – j'ai même été un élément de notre réussite –, je voudrais que ça soit bien jusqu'au bout ».

Guy Drut redoute notamment le coût financier des Jeux olympiques et d’éventuels dépassements de budget :

« Il ne faudrait pas prendre l'habitude du quoi qu'il en coûte. Ce n'est pas aux Français de payer par leurs impôts un éventuel déficit. J'aurais du mal à supporter qu'on n'ait pas respecté le cahier des charges du départ. Je souhaite comme tout le monde que les Jeux soient réussis, mais pas à des conditions déficitaires trop importantes, sinon ça donnera raison à Luc Ferry: on dira que les Jeux, c'est sympathique, mais que ça coûte trop d'argent ».

Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !