Centrale de Fessenheim : l'Allemagne souhaite sa fermeture "le plus vite possible" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
L'Allemagne a évoqué "les inquiétudes des habitants des régions frontalières".
L'Allemagne a évoqué "les inquiétudes des habitants des régions frontalières".
©Reuters

Nucléaire

Centrale de Fessenheim : l'Allemagne souhaite sa fermeture "le plus vite possible"

"Évidemment, un réacteur aussi âgé a beaucoup de problèmes techniques (…) pour nous, des réacteurs aussi vieux représentent un risque sécuritaire", a déclaré le gouvernement allemand.

Un porte-parole de la ministre allemande de l'Environnement, Barbara Hendricks, a estimé ce vendredi que la centrale nucléaire française de Fessenheim, voisine de la frontière avec l'Allemagne, est "trop vieille" et "devrait être fermée le plus vite possible". "Évidemment, un réacteur aussi âgé a beaucoup de problèmes techniques (…) pour nous, des réacteurs aussi vieux représentent un risque sécuritaire", a poursuivi ce porte-parole, évoquant "les inquiétudes des habitants des régions frontalières". "Nous n'avons aucune prise sur la durée de vie des centrales en France", admet toutefois le porte-parole de la ministre

Cette déclaration intervient alors que deux médias allemands sont revenus ce vendredi sur un incident survenu en 2014 à Fessenheim, dont la gravité aurait été minimisée. Le journal Süddeutsche Zeitung et la chaîne WDR ont évoqué une série de défaillances techniques et un "désordre" rarement observé.

Le ministère allemand de l'Environnement, en charge de la sécurité nucléaire, estime cependant que la France n'est responsable d'aucun manquement dans ce cas précis. La classification par la France de l'incident en niveau 1 (sur une échelle qui en compte 8) "était justifiée" selon le ministère allemand de l'Environnement.

Lu sur France Tv Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !