Centrafrique : le soldat à l'insigne nazi appartient au 8e RPIMA de Castres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Centrafrique : le soldat à l'insigne nazi appartient au 8e RPIMA de Castres
©

Honteux

Centrafrique : le soldat à l'insigne nazi appartient au 8e RPIMA de Castres

L'homme affichait la devise SS "Mon honneur s'appelle fidélité" sur son uniforme.

La photo d'un militaire français en Centrafrique arborant une devise nazie sur son uniforme a été publiée sur le compte Facebook des opérations extérieures de l'armée, a révélé vendredi BFM TV. Le cliché, censé démontrer le bon déroulement des opérations, montre le soldat portant sur l'épaule un écusson où figure la devise SS "Meine Ehre heiβt Treue" (Mon honneur s'appelle fidélité). Il s'agit d'un soldat appartenant au 8e RPIMA de Castres, a révélé ce samedi "La Dépêche du Midi"Ce soldat sera suspendu dès qu’il sera identifié, a affirmé au quotidien Gilles Jaron, porte-parole de l’état-major, précisant que cet insigne "n’appartient pas à l’armée" et qu’il affiche "une idéologie condamnée sans équivoque".

De plus, Philippe Folliot, député centriste tarnais, croit savoir qu’il s’agissait de la part du soldat d’"une bêtise de jeunesse et un acte isolé". Selon l’élu, interrogé par La Dépêche du Midi, le soldat du 8e RPIMa arborant sur la manche de son uniforme un patch avec la devise SS «Meine Ehre heißt Treue» (Mon honneur s’appelle fidélité), est "un jeune sergent qui ne devait même pas connaître la référence nazie". "La devise n’est pas choquante en soi, si on ne connaît pas la référence", dit-il. 

Depuis, la photo a été supprimée de Facebook. "Nous l'avons retirée, non pas pour cacher une situation mais pour prendre à bras-le-corps une affaire", a expliqué Gilles Jaron, porte-parole de l'état-majorCe soldat sera suspendu dès qu'il sera identifié, a-t-il dit, précisant que cet insigne "n'appartient pas à l'armée" et qu'il affiche "une idéologie condamnée sans équivoque".

Lors de l'opération au Mali, en janvier 2013, la photo d'un légionnaire portant un foulard avec une tête de mort avait suscité l'indignation. L'homme a depuis quitté l'armée.

Lu sur La Depeche.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !