Cellule terroriste : le groupe de Marignane s'apprêtait à passer à l'acte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Cellule terroriste : le groupe de Marignane s'apprêtait à passer à l'acte
©Reuters

De justesse

Cellule terroriste : le groupe de Marignane s'apprêtait à passer à l'acte

Du matériel de confection d'explosifs a été retrouvé chez un des trois suspects qui seront présentés à un juge ce lundi après-midi en vue de leur mise en examen.

De nombreux matériaux de confection d'engins explosifs a été découvert au domicile d'un des terroristes présumés arrêtés jeudi à Marignane.

Les policiers ont saisi environ 50 grammes de TATP, "explosif artisanal (...) utilisable comme détonateur", 10 kilos de mélange nitrate-fuel, 150 kg de nitrate et deux litres d'acétone pouvant permettre la fabrication de 600 grammes de TATP supplémentaire." Selon François Molins, procureur de la République de Paris, ces produits auraient pu conduire à des "dégâts considérables sur un rayon de plusieurs centaines de mètres". Ont également été retrouvés deux pistolets automatiques et un revolver.

Les djihadistes présumés étaient manifestement en train d'organiser un attentat à la bombe imminent sur le sol français. Sans être déjà capables de déceler précisément de quel acte il s'agissait ni où il allait se produire, les autorités savent dores et déjà que les individus interpellés étaient capables de mener à bien une action terroriste "à très court terme, probablement dans les jours à venir."

Selon le procureur de la République de Paris, parmi les quatre personnes interpellées, trois complices présumés âgés de 21 à 27 ans pourraient être mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste", comme il l'a déclaré en conférence de presse.

Les trois individus vont être présentés à un juge lundi après-midi en vue de leur mise en examen.

Lu sur Métro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !