Cécile Duflot reproche à François Hollande d'avoir préféré "la forme" plutôt que "le fond" après la débâcle des municipales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Cécile Duflot redevient députée après son départ du gouvernement
Cécile Duflot redevient députée après son départ du gouvernement
©Reuters

Elle assume

Cécile Duflot reproche à François Hollande d'avoir préféré "la forme" plutôt que "le fond" après la débâcle des municipales

L'ancienne ministre du logement assure que quitter le gouvernement a été une décision "douloureuse", mais "nécessaire".

Elle contre-attaque. Deux jours après avoir décidé de ne pas participer au gouvernement de Manuel Valls, qui lui proposait pourtant un grand ministère de l'écologie, Cécile Duflot s'est expliquée, ce vendredi dans le journal Libération sur les raisons de son départ. François Hollande en prend pour son grade. 

"Le Président a fait le choix de changer la forme plutôt que le fond. Depuis des mois, je réclamais un changement de cap. J'ai cru que la défaite obligerait l'exécutif à bouger", explique la chef de fil des écologistes. Mais, selon elle, "la seule réponse apportée a été un casting et l'affirmation, par le nouveau premier ministre, de la continuité".

Cécile Duflot s'est expliquée sur la raison de son refus de prendre un grand ministère de l'écologie. "Avoir un ministère de l'Écologie sans ce changement de cap, c'est avoir un couteau sans lame", déplore-t-elle au quotidien. "Être ministre, ce n'est pas un titre, c'est avoir les moyens de changer les choses. Le choix était entre une social-orthodoxie et la social-écologie". Sous-entendu, François Hollande n'a pa fait le bon choix. 

Le gouvernement doit "passer aux actes"

L'ancienne ministre du logement assume donc ses positions mais si elle affirme que cette décision a été "douloureuse", mais "nécessaire". désormais, elle va reprendre son poste de députée dans la majorité. un rôle qu'elle compte bien exercer à 100% avec toujours le même engagement et la même exigence envers le gouvernement de Manuel Valls. "Choisir la social-écologie, cela veut dire ne pas seulement préserver un modèle obsolète, mais préparer un avenir intense en emplois, où l'on produit et consomme différemment", explique-t-elle. L'ancienne ministre réclame donc à François Hollande et Manuel Valls de "passer aux actes". "Le temps n'est plus aux déclarations d'intention", assure-t-elle.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !