Catastrophes naturelles : un coût de 130 milliards de dollars en 2013 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le typhon Haiyan aux Philippines, qui a fait 7 000 morts, est l'événement le plus meurtrier de l'année.
Le typhon Haiyan aux Philippines, qui a fait 7 000 morts, est l'événement le plus meurtrier de l'année.
©Reuters

Drames à répétition

Catastrophes naturelles : un coût de 130 milliards de dollars en 2013

25 000 personnes ont perdu la vie dans le monde en 2013 en raison de ces catastrophes, selon les chiffres de l'assureur Swiss Re.

Le coût économique des catastrophes naturelles et humaines en 2013 devrait s'élever à 130 milliards de dollars, selon une estimation publiée mercredi par l'assureur Swiss Re. Un montant en net recul par rapport à celui de 2012, qui était de 196 milliards de dollars - l'ouragan Sandy et la sécheresse aux Etats-Unis avaient fortement gonflé ce chiffre, souligne L'Express.

25 000 personnes sont mortes dans le monde en 2013 à cause de ces catastrophes. Le typhon Haiyan aux Philippines a fait 7 000 victimes, ce qui en fait l'événement le plus meurtrier de l'année. Paradoxalement, il ne figure pas parmi les cinq catastrophes les plus coûteuses de l'année, en raison du faible nombre d'assurés dans l'archipel. En 2012, ces catastrophes avaient provoqué 14 000 décès.

Le secteur de l'assurance devrait couvrir ces pertes à hauteur de 44 milliards de dollars, contre 81 milliards de dollars en 2012.

Les cinq catastrophes les plus coûteuses pour l'assurance en 2013 (en dollars) :

1 - Inondations en Allemagne, en République tchèque et en Europe centrale : 4,1 milliards de pertes assurées
2 - Tempête Andreas en juillet (Allemagne, France) 3,4 milliards
3 - Inondations au Canada en juin : 1,9 milliard
4 - Orages et tornades aux Etats-Unis en mai : 1,8 milliard
5 - Orages et tornades aux Etats-Unis en mars : 1,6 millard

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !