Casinos : victimes d'une année noire, ils sont dans le rouge et en appellent à Ayrault | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Les casinos ont connu une année difficile
Les casinos ont connu une année difficile
©

Rien ne va plus

Casinos : victimes d'une année noire, ils sont dans le rouge et en appellent à Ayrault

Dans une lettre à Jean-Marc Ayrault, les trois syndicats patronaux représentant les 196 casinos français annoncent que l'exercice du 1er novembre 2011 au 31 octobre 2012 s'est achevé sur une baisse de 1,8%.

Les casinos français sont dépités. Leur cote d'amour a baissé et les choses vont mal. Dans une lettre au Premier ministre datée du 20 décembre dont l'AFP a pris connaissance, les trois syndicats patronaux (Casinos de France, Syndicat des casinos modernes de France et Association des casinos indépendants français) annoncent que l'exercice du 1er novembre 2011 au 31 octobre 2012 s'est achevé sur une baisse de très exactement -1,8%.

Ainsi le produit brut des jeux (PBJ, différence entre les mises et les gains des joueurs, équivalent du chiffre d'affaires) s'est élevé à 2,275 milliards d'euros, soit une baisse de 1,8% par rapport à l'exercice précédent (2,32 milliards d'euros en hausse de 0,95%). Dans leur courrier à Jean-Marc Ayrault, les présidents des trois syndicats rappellent que le secteur (15.500 emplois directs) a connu depuis cinq ans une baisse de 20% de chiffre d'affaires.

Les casinos regrettent que les adaptations demandées (nouveaux jeux et horaires aménagés), "pourtant sans incidence négative sur les budgets de l'Etat et des communes, tardent à recevoir l'agrément de nos deux ministères de tutelle (Intérieur et Budget) et ne sont toujours pas finalisées dans des textes réglementaires pour des raisons qui nous échappent". Ils demandent donc au Premier ministre "de bien vouloir intervenir pour mettre fin à cette situation de blocage". Reste à savoir s'ils seront entendus. Pour le moment, la main passe...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !