Cancers : 58 % de guérisons grâce aux progrès de la médecine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le cancer se soignerait de mieux en mieux
Le cancer se soignerait de mieux en mieux
©DR

Progrès

Cancers : 58 % de guérisons grâce aux progrès de la médecine

La survie des personnes atteintes d'un cancer se serait nettement améliorée grâce aux progrès des traitements.

Sur la bonne voie. Une étude a prouvé que la survie après un cancer s'est clairement améliorée depuis quinze ans pour la plupart des tumeurs. Les scientifiques vantent notamment les progrès des traitements et la précocité des diagnostics. Ce jeudi matin, un rapport a donc dévoilé ces améliorations dans la prise en charge de la maladie qui touche pas moins de 365 000 Français tous les ans. L'étude en question porte notamment sur tous les nouveaux cas de cancers diagnostiqués entre 1989 et 2007 dans douze départements français, ce qui correspond à 427 000 malades.  

«Sur le plan méthodologique, c'est le concept de survie nette, excluant les autres causes de décès, qui a été retenu parce qu'il reflète la qualité de la prise en charge française », a expliqué l'un des auteurs de ce rapport avant d'ajouter qu'il « est préférable de se référer à un autre indicateur, par exemple la survie brute, pour une interprétation individuelle ». Néanmoins, il y a d'énormes variations en fonction de la localisation de la maladie puisque, par exemple, le cancer du testicule a vu la survie de dix ans passer à 93%. Pour d'autres tumeurs, ce chiffre est nettement moindre.

« Il n'y a pas un, mais des cancers, et la survie des personnes varie considérablement selon son emplacement », a constaté le professeur Agnès Buzyn, présidente de l'Institut national du cancer, l'Inca. 

En moyenne, 58% des cancers sont soignés aujourd’hui grâce aux progrès de la médecine. La fondation ARC souhaite donc fixer un objectif clair : 2 cancers sur 3 guéris en 2025. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !