Twitter perturbe les élections canadiennes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Twitter perturbe les 
élections canadiennes
©

Impatience

Twitter perturbe les élections canadiennes

Comme prévu, les utilisateurs du réseau ont publié des résultats en avance. La loi canadienne l'interdit pourtant.

Un cafouillage technique de la chaîne canadienne CBC News Network a failli voler la vedette à Twitter lundi en fin de journée au Canada. La télévision a en effet diffusé par erreur des résultats des élections législatives alors que la très stricte loi électorale canadienne impose, comme en France, d'attendre la fermeture de tous les bureaux de vote.

Au-delà de ce fiasco de CBC, Twitter a joué comme prévu son rôle de perturbateur. De nombreux utilisateurs du réseau n'ont pas respecté le blackout et se sont donc échangé des résultats - et beaucoup de commentaires et de blagues - dans des mini-messages accompagnés du "hashtag" (mot clé) #tweettheresults

En raison du décalage horaire entre l'est et l'ouest, une règle vieille de 73 ans impose le silence jusqu'à la fermeture du bureau de vote le plus à l'ouest à 19h (22h au Québec). Malgré les abus de lundi, le porte-parole d'Elections Canada a déclaré que la commission électorale ne comptait pas s'engager dans une longue enquête pour épingler les contrevenants, à moins qu'une plainte ne soit déposée.

Faut-il y voir un avant-goût de ce qui attend la France en 2012 pour les élections présidentielles et législatives ? En 2007, déjà, les premières estimations étaient disponibles sur des sites suisses et belges bien avant la fermeture des bureaux de vote à 20h. L'an dernier, des résultats ont circulé sur Twitter dès 17h30 le jour des premier et deuxième tours des élections régionales en toute impunité.

Lu sur La presse canadienne

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !