Cambriolages : démantèlement d'un réseau serbe qui exploitait des mineurs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Cambriolages : démantèlement d'un réseau serbe qui exploitait des mineurs
©

Gros coup

Cambriolages : démantèlement d'un réseau serbe qui exploitait des mineurs

De jeunes expertes en cambriolage étaient achetées à leur famille dans les pays de l'Est pour voler en France.

Suspectées de diriger un vaste "réseau criminel", huit personnes, essentiellement d'origine ou de nationalité serbe, ont été écrouées et deux autres placées en garde à vue. Elles feraient partie d'un réseau qui utilisait les services de mineurs mener des vols, réseau qui serait impliqué dans pas moins de "centaines de cambriolages" en France et en Europe.

Au moins 14 000 euros en liquide ont été saisis par les gendarmes de Lille dans des caches parfois très bien dissimulées. De jeunes expertes en cambriolage étaient achetées à leur famille dans les pays de l'Est pour voler en France. Elles étaient achetées par un clan criminel dans le milieu tsigane, puis transférées vers la France pour y dévaliser des résidences principales. Le Figaro rapporte la cas de "Pamela N., une Serbe née il y a 21 ans à Cologne, a reconnu devant les enquêteurs ainsi avoir été vendue par son père, contre une somme frisant les 65.000 euros, à un «patriarche» qui faisait appel à son expertise dans les vols par effraction."

Les suspects ont été arrêtés en France sur commission rogatoire d'un juge de Créteil qui avait confié l'enquête à la Direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne. L'investigation était partie d'un cambriolage en 2011 en région parisienne, dans lequel une jeune mineure a été mise en cause.

La police a suivi la piste du présumé réseau lors d'une enquête de huit mois. Elle a permis de comprendre que des mineurs étaient acheminés d'Europe de l'Est --particulièrement de Serbie où ils appartenaient à la communauté tzigane-- en France.

Ils étaient "hébergés dans des camps de fortune ou des squats" et "entraînés à cambrioler en équipes par effraction" dans des pavillons ou appartements par exemple. Des "objectifs" leur étaient "ensuite assignés", dont celui de "ramener 20 grammes d'or par jour" en bijoux ou montres.

Lu sur France 3.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !