Calais : "On craint des petits camps moins visibles" affirme Médecins du Monde | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Calais :  "On craint des petits camps moins visibles" affirme Médecins du Monde
©Reuters

Petits Calais ?

Calais : "On craint des petits camps moins visibles" affirme Médecins du Monde

L'ONG accompagne le démantèlement du camp mais souligne que beaucoup de migrants souhaitent toujours rejoindre le Royaume-Uni.

"On va s'assurer dans les jours à venir que le démantèlement se fait dans de bonnes conditions" a déclaré à FranceInfo Yannick le Bihan, directeur des opérations France de Médecins du monde. "On aurait souhaité avoir un peu plus de temps pour réaliser ce démantèlement dans de meilleures conditions." L'opération a débuté ce lundi matin, dans le calme. Des centaines de migrants ont déjà embarqué dans les premiers bus, à destination des 4 coins de la France. "Il y a une partie très importante qui veut aller dans les centres d'accueil et d'orientation" assure Yannick le Bihan.

A LIRE AUSSI - Démantèlement de la jungle à Calais : pourquoi la "pitié administrative" qui l’inspire ne produira pas de véritable solution

En revanche, il existe une véritable incertitude concernant ceux qui visent toujours à rejoindre le Royaume-Uni. "Une bonne partie, veut toujours aller en Angleterre. Ces migrants pensent que ce sera leur planche de salut. On craint que ceux-là reforment des petits camps moins visibles dans la région. On a bien vu qu'après Sangatte, les camps se sont reformés. Et quand on parle de Sangatte, en 2002, c'était une évacuation de 2 000 personnes. Là, on est sur une évacuation de 6 000 à 7 000 personnes, donc pas du tout sur les mêmes chiffres."

A LIRE AUSSI - Calais : l'évacuation se déroule "pour l'instant dans le calme et la maîtrise" déclare Bernard Cazeneuve

Calais : l'évacuation de la jungle a débuté ce lundi matin

Évacuation de la Jungle de Calais : retour sur la première journée

Lu sur FranceInfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !