Burkina Faso : Blaise Compaoré annonce sa démission, remplacé par Honoré Traoré | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Burkina Faso : Blaise Compaoré annonce sa démission
Burkina Faso : Blaise Compaoré annonce sa démission
©Reuters

Mise au point

Burkina Faso : Blaise Compaoré annonce sa démission, remplacé par Honoré Traoré

Le général Traoré, actuel chef d’état-major, s'est engagé à accompagner le processus de transition démocratique espéré par les partis d’opposition et par la société civile.

"A partir de ce jour, Blaise Compaoré n'est plus au pouvoir", a affirmé ce vendredi 31 octobre le lieutenant-colonel Boureima Farta, le représentant de l'armée burkinabé, devant des dizaines de milliers de manifestants en liesse. Quelques instants plus tard, le principal intéressé a confirmé son retrait du pouvoir au travers d'un communiqué lu par un journaliste à la télévision BF1. "Dans le souci de préserver les acquis démocratiques, ainsi que la paix sociale (...), je déclare la vacance du pouvoir en vue permettre la mise en place d'une transition devant aboutir à des élections libres et transparentes dans un délai maixmal de quatre-ving-dix jours", était-il écrit. 

Plus tôt dans la journée, le général Traoré, l’actuel chef d’état-major, s’est engagé à accompagner le processus de transition démocratique espéré par les partis d’opposition et par la société civile. Il avait annoncé hier soir la dissolution de l'Assemblée nationale et la formation d'un gouvernement de transition pour une durée de douze mois. Tous les partis politiques seront consultés afin de mettre en place cet organe de transition et l'ordre constitutionnel sera rétabli d'ici un an, avait-il alors déclaré lors d'une conférence de presse.

Des dizaines de milliers de burkinabés défilent dans les rues de Ouagadougou depuis jeudi matin pour réclamer la démission du président Blaise Compaoré. Ce dernier, déjà au pouvoir depuis 27 ans, souhaitait réviser la Constitution afin de pouvoir briguer un cinquième mandat. Furieux, les manifestants ont pris d'assault l'Assemblée nationale, les quartiers présidentiels et la télévision publique. Ce vendredi matin, le bilan de ces insurrections était de trente morts et de plus d'une centaine de blessés, selon l'opposition.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !