Budget européen : le Royaume-Uni menacé de pénalités s'il refuse de s'acquitter de sa contribution | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
David Cameron ne veut pas payer les 2,1 milliards supplémentaires que lui réclame la Commission européenne
David Cameron ne veut pas payer les 2,1 milliards supplémentaires que lui réclame la Commission européenne
©REUTERS/Darren Staples

A payer avant le

Budget européen : le Royaume-Uni menacé de pénalités s'il refuse de s'acquitter de sa contribution

La semaine passée, la contribution britannique pour 2014 a été augmentée de 2,1 milliards d'euros.

La semaine passée, David Cameron était en colère contre Bruxelles. En effet, la Commission européenne a demandé "une rallonge" au Royaume-Uni. Le surplus s'élève à 2,1 milliards d'euros, une note plutôt salée selon le Premier ministre qui a fait part publiquement de son intention de ne pas payer. "Je ne paierai pas cette addition le 1er décembre. Et si certains pensent que cela va arriver, ils vont voir. Nous n'allons pas sortir notre chéquier" avait-il confié. Ce lundi, rappel à l'ordre de la CE qui indique que le Royaume-Uni risque des pénalités s'il refuse de s'acquitter de sa contribution au budget européen le 1er décembre

Jacek Dominik, le commissaire au Budget a expliqué que "la loi impose aux États de verser leur contribution au budget européen le 1er décembre. Si cela n'est pas fait, la Commission peut imposer des amendes". "Je suis très surpris. Les données sur leur PIB sont fournies par les États à l'office statistique de l'UE, Eurostat" a indiqué le commissaire européen.

Cette révision a été décidée le 17 octobre et les Etats ont été informés selon le commissaire. "À aucun moment l'administration britannique n'a émis une objection. Si le Royaume-Uni ne verse pas sa contribution le 1er décembre, la Commission européenne, par courrier, demandera la raison de ce retard et attendra la réponse" a-t-il fini. Le bras de fer commence entre Bruxelles et David Cameron. Ce dernier a réaffirmé lundi après-midi que son pays "ne paierait pas".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !