Bruno Le Maire assure vouloir réduire la dépense publique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Bruno Le Maire assure vouloir réduire la dépense publique
©ERIC PIERMONT / AFP

Promesse

Bruno Le Maire assure vouloir réduire la dépense publique

Au lendemain de la présentation du projet de budget 2020, qui prévoit notamment la suppression de 47 postes de fonctionnaires, le ministre de l'Economie et des Finances assure travailler sur de futures économies.

Bruno Le Maire, au lendemain de la présentation en Conseil des ministres du projet de budget 2020, ce vendredi, a fait le service après-vente ce samedi. Invité sur France Inter, il a assuré vouloir réduire la dépense publique, alors que certains commentateurs notent que les objectifs de réduction des dépenses du gouvernement ne sont pas tenus : "Je le redis, je lance un appel à tous les parlementaires, de la majorité comme de l'opposition. Regardons les masses de dépenses publiques sur lesquelles nous sommes prêts à réduire cette dépense en échange de transformations structurelles", a déclaré le ministre. "Si vous voulez réduire la dépense publique, il faut du temps et du dialogue", a-t-il ajouté.

Le budget 2020 prévoit notamment 9,3 milliards d'euros de baisses d'impôts pour les ménages l'an prochain et 27 milliards sur l'ensemble du quinquennat. En 2020, les contribuables verront leur impôt sur le revenu réduit de 5 milliards d'euros, conformément à l'annonce d'Emmanuel Macron à l'issue du Grand débat national. Au total, le déficit se situera à 2,2% du PIB, contre 2% initialement prévu par le gouvernement.

Bruno Le Maire a aussi répondu aux critiques du Medef, qui redoute que ce budget fasse "caler le moteur de la croissance" à cause des efforts demandés aux entreprises. Pour le ministre, "iIl n'y a pas de changement de politique économique, c'est une politique de l'offre, qui vise à améliorer les capacités de production du pays, à avoir de meilleurs produits, qui se vendent mieux (...) et qui nous permettent de gagner des parts de marché à l'exportation pour créer de la richesse et des emplois dans notre pays." "Cela ne nous empêche pas de répondre aussi aux attentes de ces millions de Français qui nous disent "nous voulons vivre dignement de notre travail"", a-t-il dit.

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !