Bruno Le Maire a officiellement adhéré à La République en marche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Bruno Le Maire a officiellement adhéré à La République en marche
©Reuters

Qui m'aime me suive

Bruno Le Maire a officiellement adhéré à La République en marche

Le ministre de l'Economie invite les ténors de la droite à l'imiter.

Le ralliement est désormais officiel et achevé. Dans une interview au JDD, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire révèle qu'il n'a plus sa carte aux Républicains et qu'il a adhéré à En Marche.

"Le 1er mars, j'ai quitté la campagne de François Fillon au nom du respect de la parole donnée. Au deuxième tour de la présidentielle, j'ai soutenu Emmanuel Macron contre les extrêmes. Tous ces choix ont été validés par les Français lors de mon élection aux législatives en juin, sous l'étiquette En marche !", commence-t-il par rappeler. Désormais, "je suis adhérent à En Marche", assume-t-il.

Il invite ensuite les ténors des Républicains à rejoindre le mouvement d'Emmanuel Macron. "À cette droite qui critique la politique que nous menons – allègement de la fiscalité, soutien aux entrepreneurs, libération du potentiel de croissance, soutien à ceux qui travaillent –, j'ai envie de dire : Pourquoi ne pas nous rejoindre ? Nous sommes à un moment de bascule historique, à un moment où le projet européen peut disparaître, où les révolutions technologiques bouleversent le travail et notre quotidien. À tous ceux qui ont une responsabilité à droite, je dis simplement : En nous aidant, vous servirez la France. Pensez à votre pays avant de penser à votre parti. Ne faites pas le jeu des extrêmes."

Il assure néanmoins rester un homme de droite. "Ma culture est de droite, mais je suis aux côtés d’Emmanuel Macron parce qu’avec lui nous allons moderniser notre économie, accélérer l’intégration européenne, innover, investir."

Lu dans Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !