Brétigny-sur-Orge : un rapport de police confirme des scènes de vol et de caillassage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Brétigny-sur-Orge : un rapport de police confirme des scènes de vol et de caillassage
©

Sin City

Brétigny-sur-Orge : un rapport de police confirme des scènes de vol et de caillassage

"Le Point" s'est procuré un rapport de la Direction centrale des CRS, qui assure que "certains fauteurs de troubles avaient réussi à s'emparer d'effets personnels éparpillés sur le sol ou sur les victimes".

Selon les informations du Point, qui s'est procuré un document confidentiel de la Direction centrale des CRS, des vols et des caillassages ont bien eu lieu à Brétigny-sur-Orge après le déraillement d’un train, vendredi 12 juillet. Selon ce rapport, les membres de la CRS 37 ont dû, à leur arrivée, "repousser des individus, venus des quartiers voisins, qui gênaient la protection des véhicules de secours en leur jetant des projectiles". "Certains de ces fauteurs de trouble avaient réussi à s'emparer d'effets personnels éparpillés sur le sol ou sur les victimes", est-il écrit. Il n'est toutefois pas précisé si ces CRS ont assisté à ces vols ou s'ils ont recueilli des témoignages.

Depuis samedi, lendemain de cette terrible catastrophe ferroviaire qui a fait 6 morts, les autorités relativisent l'importance de ces incidents, qualifiés d'"actes isolés" par le ministre des Transports Frédéric Cuvillier. Le maire PS de Brétigny-sur-Orge, Bernard Decaux, a de son côté expliqué que "le mot 'caillassage' paraît très exagéré". "Il y a eu des pierres lancées contre les pompiers et les policiers" mais "aucune" ne les aurait atteints. Les jets de projectiles ont rapidement cessé après l'intervention des forces de l'ordre, a par ailleurs assuré l'Intérieur.

Pour l'heure, aucun témoignage direct n'a fait état de vol, à l'exception de celui du portable d'un secouriste, rappelle 20 Minutes. Une enquête est en cours, avec des auditions de policiers, de secouristes et l'analyse d'images de vidéosurveillance.

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !