Bretagne : la sous-préfecture de Morlaix occupée par des salariés en colère | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Bretagne : la sous-préfecture de Morlaix occupée par des salariés en colère
©

Plumés

Bretagne : la sous-préfecture de Morlaix occupée par des salariés en colère

Des employés du groupe volailler Tilly-Sabco en appellent au gouvernement pour sauver leur entreprise. Le portail de la sous-préfecture de Morlaix a été détruit.

Mécontents. Les salariés du groupe volailler Tilly-Sabco occupent depuis lundi après-midi la sous-préfecture de Morlaix, dans le Finistère, pour protester contre les suppressions de postes prévues au sein de l'entreprise. D'après Le Télégramme, qui a suivi de près les événements, les manifestants ont détruit le portail d'entrée de l'établissement vers 15h30, à l'aide d'un engin de travaux, après en avoir bloqué la rampe d'accès. Quelques minutes plus tard, un feu a été allumé dans la cour, où les employés en colère entendent camper en attendant l'arrivée du ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, prévue vendredi 8 novembre. A 18h, le calme semblait être revenu.


Les salariés de Tilly devant la sous-préfecture...par OuestFranceFR

Tilly-Sabco a annoncé jeudi 31 octobre qu'en raison de la "détérioration des conditions de marchés", elle allait suspendre à compter du 4 janvier prochain la production des poulets surgelés destinés à l'export, soit 90 % de son activité. Le groupe emploie 335 personnes sur le site de Guerlesquin, dans le Finistère, mais selon l'entreprise ce sont "plus d'un millier d'emplois" qui sont menacés "à très court terme" en Bretagne, notamment du côté des couvoirs, des fournisseurs d'aliments, des éleveurs, de l'abattoir et des transporteurs.

Un comité extraordinaire d'entreprise s'est tenu lundi matin, à l'issue duquel le PDG de Tilly-Sabco a pressé le gouvernement d'agir, "ou tout s'arrêtera". Une partie des salariés a ensuite organisé une opération escargot sur la RN12 en direction de Morlaix.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !