Brésil : une écoute téléphonique embarrassante pour Lula et Dilma Rousseff suscite l’indignation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Brésil : une écoute téléphonique embarrassante pour Lula et Dilma Rousseff suscite l’indignation
©REUTERS / Roberto Jayme

Parfum de scandale

Brésil : une écoute téléphonique embarrassante pour Lula et Dilma Rousseff suscite l’indignation

L'enregistrement pourrait confirmer que l’actuelle présidente brésilienne a nommé son prédécesseur au gouvernement pour lui éviter la prison.

La polémique enfle, enfle…Des milliers de Brésiliens ont manifesté mercredi soir devant la présidence à Brasilia et à Sao Paulo. A l’Assemblée, où les députés de l'opposition ont crié le poing levé "Démission ! Démission !" Les raisons de la colère ? La publication d'une écoute judiciaire d'une conversation très embarrassante entre la présidente Dilma Rousseff et l'ancien président Lula, nommé quelques heures plus tôt au gouvernement. 

Dans cet enregistrement effectué dans la matinée par la police judiciaire, la présidente appelle Lula sur son téléphone, ce dernier étant sur écoute. Dilma Rousseff explique à son ex-mentor qu'elle va lui faire parvenir son "décret officiel" de nomination. "Ne t’en sers qu’en cas de nécessité" lui souffle-t-elle. Ce conseil été largement interprété comme la confirmation que l'un des objectifs de la nomination de Lula au gouvernement était bien de le protéger contre un éventuel placement en détention imminent dans le cadre du scandale de corruption Petrobras (une entreprise pétrolière contrôlée par l'Etat).

Le juge fédéral Sergio Moro avait fait interpeller brièvement Lula le 4 mars à son domicile, pour un interrogatoire concernant des soupçons de "corruption" et de "blanchiment d’argent". Dans d’autres écoutes téléphoniques, l’ancien homme fort du Brésil dit s’attendre à une opération de la police lundi prochain à son domicile de Sao Paulo. Mais une fois ministre, ce dernier bénéficie d’un statut privilégié et ne peut plus pénalement répondre de ses actes que devant le Tribunal supérieur fédéral.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !