Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
©

Suite

Braquage mortel de Dolomieu (Isère) : l'un des suspects se suicide en prison

Morgan Vertu, 22 ans, complice présumé du tireur, a été retrouvé pendu vendredi vers 23H00 dans sa cellule de Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, lors d'une ronde de surveillants.

Le tueur présumé d'Hugo Villerez, un homme de 34 ans décédé la semaine dernière dans le braquage d'un bureau de tabac en Isère qu'il tentait de déjouer, a été interpellé samedi avec deux autres suspects. Mais ce samedi, on apprenait que l'un de ses suspects, qui a reconnu sa participation au braquage,  s'est suicidé vendredi soir dans sa cellule de la maison d'arrêt de Saint-Quentin-Fallavier, en Isère. 

Comme le relaie le JDD, Morgan Vertu, 22 ans, a été retrouvé mort, pendu dans sa cellule vers 23h00, lors d'une ronde des surveillants après avoir laissé une lettre adressée à sa mère. Le jeune homme avait été interpellé samedi dernier avec deux complices, dont Mükael Erdem, 19 ans, le tueur présumé d'Hugo Villerez.

Poursuivis pour "vol accompagné de violences ayant entraîné la mort", "vol avec arme" et "tentative de vol avec arme", ils encouraient tous deux la réclusion criminelle à perpétuité. Soupçonné d'avoir fourni l'arme, le troisième suspect, Cyril Cascarino, 31 ans, a été mis en examen pour complicité et placé sous contrôle judiciaire, contre l'avis du parquet qui a fait appel.

L'après-midi du 29 juillet, Hugo Villerez, témoin du braquage du tabac-presse, avait été abattu avec un fusil de chasse à l'extérieur de l'établissement après avoir tenté, semble-t-il, de s'interposer. Pour un butin estimé finalement à 140 euros et trois cartouches de cigarettes. Au cours de sa garde à vue, Mükael Erdem a expliqué avoir "complètement paniqué" et tiré, et exprimé des regrets.

Me Mennessier, son avocat, l'avait décrit à Europe 1 comme quelqu'un de "dévasté, perdu et dépassé par les événements". "Il est conscient de la gravité de ses actes. Il comprend la colère et l'émotion qui a pu être relayée dans les médias. Il est bouleversé. Il n'a jamais voulu tirer, n'a jamais voulu tuer, ni même blesser". 

 

lu sur le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !