Bouygues repousse l'offre de rachat de SFR | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
"L'offre représente un risque d'exécution important qu'il ne revient pas à Bouygues d'assumer" estime le groupe.
"L'offre représente un risque d'exécution important qu'il ne revient pas à Bouygues d'assumer" estime le groupe.
©Reuters

Refus

Bouygues repousse l'offre de rachat de SFR

"Le conseil d'administration a décidé à l'unanimité, après un examen approfondi, de ne pas donner suite à l'offre non sollicitée du groupe Altice" déclare Bouygues Telecom dans un communiqué.

Le conseil d'administration de Bouygues a finalement décidé ce mardi soir de repousser l'offre de rachat proposée par Altice, la maison-mère de Numéricable-SFR.

"Le conseil d'administration a décidé à l'unanimité, après un examen approfondi, de ne pas donner suite à l'offre non sollicitée du groupe Altice" explique le groupe dans un communiqué, précisant que "l'offre représente un risque d'exécution important qu'il ne revient pas à Bouygues d'assumer, en particulier en matière de droit à la concurrence".

Les dirigeants du groupe estiment également que "Bouygues Telecom est particulièrement bien placé pour bénéficier" d'une nouvelle période "portée par le développement exponentiel des usages numériques". Selon Bouygues, l'opérateur "dispose d'un avantage concurrentiel fort et durable grâce à son portefeuille de fréquences et son réseau 4G est reconnu comme l'un des meilleurs du marché. (...) Enfin, l'accélération de la transformation de l'entreprise conduit à une structure de coût de plus en plus compétitive".

Bouygues ajoute que le "conseil a apporté une grande attention aux conséquences de la consolidation du marché sur l'emploi ainsi qu'aux risques sociaux nécessairement liés à une telle opération".

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !