La Bourse de Paris au plus bas depuis mi-janvier | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La Bourse de Paris au plus bas depuis mi-janvier
©

Plouf

La Bourse de Paris au plus bas depuis mi-janvier

Le CAC 40 plonge de 3,08%, pénalisé principalement par les craintes des investisseurs face à la situation économique en Espagne.

La Bourse de Paris a terminé en forte baisse ce mardi (- 3,08 %), pénalisée principalement par les craintes des investisseurs quant à la situation économique de l'Espagne, dont les taux d'emprunt s'envolent sur le marché.

Le CAC 40 a perdu 102,21 points à 3 217,60 points, dans un volume d'échanges de 3,554 milliards d'euros. Il retombe au plus bas depuis le 13 janvier (3 196,49 points). Aucune valeur du CAC 40 n'a fini dans le vert.

Parmi les autres marchés européens, Francfort a cédé 2,49 %, et Londres 2,24 %. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a lâché 2,97 %.

Le marché parisien, qui rouvrait ses portes après un week-end pascal de quatre jours, a débuté la séance en nette baisse, avant de creuser ses pertes dans l'après-midi, dans le sillage du recul de Wall Street et alors que les taux obligataires espagnols grimpaient. Le CAC 40 a en outre effacé un niveau technique significatif, vers 3 260 points, que "tout le monde a en tête", prévient Frédéric Rozier, gérant de portefeuille chez Meeschaert Gestion Privée.

Les investisseurs ont été encore une fois surtout préoccupés par la situation de l'Espagne, qui tente de réduire son déficit malgré une entrée en récession de son économie. Les taux à 10 ans du pays se tendaient nettement, très proches des 6 %, un niveau difficilement tenable sur la durée, tant le coût des emprunts devient prohibitif. "C'est un cercle vicieux. Plus les taux vont augmenter, plus il sera difficile de faire baisser le déficit", rappelle Renaud Murail, gérant de portefeuille chez Barclays Bourse.

Lu sur Challenges

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !