Booba-Kaaris, deux versions différentes données à la police | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Booba-Kaaris, deux versions différentes données à la police
©Dominique FAGET

Qui ment ?

Booba-Kaaris, deux versions différentes données à la police

Libérés sous caution avant leur procès en septembre, les deux rappeurs ont livré leur version des faits. Ils s'étaient affrontés le 1er août dernier dans un hall d'embarquement à Orly.

 
Booba-Kaaris, deux versions différentes données à la police
 
Alors que leur procès devrait avoir lieu le 6 septembre prochain, les rappeurs Booba et Kaaris ont pu être relâché après paiement d'une caution. Les deux témoignages livrés par les accusés sont discordants. Petit point sur qui à dit quoi.
Booba
Elie Yaffa, connu sous le nom de scène Booba prend un avion pour Barcelone, où il doit donner un concert dans une boîte de nuit. Il est accompagné d'un DJ, d'un chanteur, de son manager, d'un ami et de trois personnes assurrant sa sécurité. Il dit avoir alors vu Kaaris au milieu d'un groupe et nie être au courant de sa présence. Kaaris aurait été provoquant, et aurait initié la bagarre. Booba affirme s'être défendu, sauf à un moment où il frappe un des proches de Kaaris avec une bouteille de parfum. Le groupe de Kaaris les auraient attaqué avec tout ce qu'ils trouvaient sous la main, dont des bouteilles. Il affirme que s'il avait su que Kaaris était là, il n'aurait pas pris le même vol.
Kaaris
Gnakouri Okou, alias Kaaris a une version bien différente. Selon lui, quand ils arrivent, lui, cinq amis, un DJ et un organisateur, il se rend compte qu'il va devoir prendre le même avion que Booba. Booba aurait lâché son sac et aurait courru vers lui. Les insultes ont fusées : "Lève-toi, on va baiser ta femme comme dans la chanson". Une insulte de trop aurait initié la bagarre. Le premier coup de pied, râté, serait venu du côté de Booba, puis ils seraient venus à plusieurs sur lui. Kaaris se serait alors réfugié dans le Duty Free, où on lui aurait envoyé des objets dessus. Comme son adversaire, il plaide la légitime défense. 
La justice tranchera donc entre ces deux versions le 6 septembre prochain. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !