Bolivie : la population dit "non" à un quatrième mandat pour Evo Morales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Malgré les sondages, le vice-président bolivien Alvaro Garcia a incité à la prudence.
Malgré les sondages, le vice-président bolivien Alvaro Garcia a incité à la prudence.
©REUTERS/Heinz-Peter Bader

Référendum

Bolivie : la population dit "non" à un quatrième mandat pour Evo Morales

S'appuyant sur un sondage réalisé à la sortie des bureaux de vote, la chaîne de télévision privée ATB a annoncé que le "non" à la révision constitutionnelle l'avait emporté par 52,3 % contre 47,7 %.

Si différents médias boliviens évoquaient dimanche 21 février au soir une victoire du "non" lors du référendum sur le quatrième mandat du président Evo Morales, le pouvoir a qualifié cette annonce de prématurée. 

A la tête du pays depuis 2006, Evo Morales prévoyait une victoire du "oui" à 70%, mais selon les derniers résultats, il devra quitter son poste à la fin de son troisième mandat, en 2020.

S'appuyant sur un sondage réalisé à la sortie des bureaux de vote, la chaîne de télévision privée ATB a annoncé que le "non" à la révision constitutionnelle l'avait emporté par 52,3 % contre 47,7 %, ce qui est également la conclusion de la chaîne Unitel, qui se base sur un sondage d'Equipos Mori.

Malgré ces deux sondages, le vice-président bolivien Alvaro Garcia a incité à la prudence : "Il est hautement probable que ces chiffres se modifient de manière radicale", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à La Paz, assurant que les résultats officiels seront communiqués "dans quelques jours". 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !