Boeing disparu : la piste terroriste envisagée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Boeing disparu : la piste terroriste envisagée
©

Attentat ?

Boeing disparu : la piste terroriste envisagée

Deux des passagers de l'avion - toujours introuvable - voyageaient avec des passeports volés.

L'hypothèse terroriste est envisagée dans l'enquête sur la disparition du Boeing 777 peu après son décollage de Kuala Lumpur samedi.

La Malaisie s'intéresse tout particulièrement à quatre passagers, a annoncé dimanche le ministre malaisien des Transports. Les autorités avaient déjà révélé hier que deux passagers auraient utilisé des passeports européens volés pour embarquer sur le vol. Mais le ministre des Transports Hishammuddin Hussein a confirmé cette nuit des informations de médias malaisiens indiquant que deux autres passagers potentiellement suspects avaient été identifiés. "Quatre noms sont sur mon bureau", a-t-il déclaré.

La Malaisie a saisi son agence de renseignement et "les agences de contre-terrorisme (...) de tous les pays concernés ont été informées", a souligné le ministre. Il a confirmé l'envoi par la police fédérale américaine (FBI) d'agents et d'experts. "J'ai parlé avec des [responsables] des agences de renseignement internationales et je dois les rencontrer dans l'après-midi."

À la question de savoir s'il pouvait s'agir d'un détournement, le ministre a répondu: "Nous étudions toutes les hypothèses". Les autorités malaisiennes ont évoqué dimanche sur la foi d'analyses radars la "possibilité réelle" que le Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu depuis samedi ait fait demi-tour peu après son décollage.

24h après son décollage, l'avion reste toujours introuvable. Les secours ont simplement repéré hier deux traînées de carburant parallèles de plusieurs kilomètres en mer de Chine méridionale, a indiqué un haut responsable militaire vietnamien.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !