Bobigny : le principal suspect d’un meurtre libéré par erreur à cause d’un problème de fax | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Bobigny : le principal suspect d’un meurtre libéré par erreur à cause d’un problème de fax
©Flickr/Su morais

Belle bourde

Bobigny : le principal suspect d’un meurtre libéré par erreur à cause d’un problème de fax

Il était suspecté d’avoir battu à mort, avec d’autres, un disc-jockey amateur le soir de la Saint-Sylvestre.

C’est une erreur qui restera dans les annales de la Justice. Le principal suspect d’un meurtre a été libéré par erreur ce mercredi, à cause d’un problème... de fax. Le parquet de Bobigny n’avait pas d’encre dans son fax et un papier n’est jamais parvenu à la chambre de l’instruction. L’homme est sorti ce jeudi à 17h de la maison d’arrêt de Villepinte.

Il était suspecté d’avoir battu à mort, avec d’autres, un disc-jockey amateur le soir de la Saint-Sylvestre. La victime, un père de famille de 33 ans, avait eu le malheur de refuser l’entrée de la soirée, qu’il organisait en Seine-Saint-Denis, à ces personnes. Le suspect avait été interpellé en novembre 2012, puis placé en détention provisoire. Il n’aurait, sur le papier, jamais dû sortir si tôt.

"Ce qui s'est produit à Bobigny peut se passer n'importe où. Ce type d'erreurs arrive à cause de problèmes de procédure ou d'un souci matériel, a expliqué Michel Bonnet de Synergie Officiers. Le problème, c'est que quand ce type d'erreur se produit, c'est toujours avec des meurtriers, des violeurs, autrement dit des personnes qui ont commis des délits graves. Aujourd'hui, nous sommes débordés par les tâches administratives, on nous demande de multiplier les documents, les procès verbaux, des tableaux, des statistiques. Nous sommes plus des fonctionnaires que des fonctionnaires de police. Il y a 20 ans, pour notifier une garde à vue, il nous fallait 30 minutes. Aujourd'hui, il faut compter 1h30. C'est du temps que l'on ne consacre pas au fond ni à la victime".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !