BNP Paribas : des résultats 2013 en forte baisse, la banque pénalisée par une enquête des autorités américaines | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
BNP Paribas : des résultats 2013 en forte baisse, la banque pénalisée par une enquête des autorités américaines
©Reuters

Morosité

BNP Paribas : des résultats 2013 en forte baisse, la banque pénalisée par une enquête des autorités américaines

BNP Paribas a vu son bénéfice net reculer de 26,4% en 2013, à 4,83 milliards d'euros.

L'année commence bien mal pour BNP Paribas. Jeudi, la banque française a annoncé dans un communiqué une baisse de 26,4% de son bénéfice net en 2013, à 4,83 milliards d'euros. Un résultat nettement inférieur aux attentes des analystes, qui tablaient en moyenne sur 5,72 milliards d'euros, selon un consensus établi par FactSet.

Sur l'ensemble de l'exercice, les revenus ont quant à eux diminué de 0,6% à 38,82 milliards d'euros. Sur le seul quatrième trimestre, le bénéfice net a été divisé par plus de 4 (-76%), à 127 millions d'euros.

Selon la direction de BNP, cela serait dû à des éléments "exceptionnels". Comprendre, entre autres, la provision d'une amende record de 1,1 milliard de dollarsen lien avec une enquête de Washington sur des paiements en dollars réalisés dans des pays soumis à un embargo des Etats-Unis (l'Iran par exemple).

En 2012, dans un dossier similaire, les banques britanniques Standard Chartered et HSBC avaient payé respectivement une amende de près de 630 millions de dollars et de plus de 1,9 milliard de dollars.

Outre la provision de 1,1 milliard de dollars, les comptes du quatrième trimestre de BNP Paribas intègrent aussi une dépréciation d'écart d'acquisition (goodwill) du réseau italien BNL à hauteur de 126 millions d'euros.

Le marché a mal accueilli cette annonce de la deuxième banque de la zone euro. Jeudi à la mi-journée, l'action BNP signait la plus forte baisse de l'indice CAC 40 et lâchait 4,35% à 58,2 euros.

Lu sur Reuters

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !