Blocage du Pays basque : plusieurs routes ont été bloquées, des opérations ont été menées à l'aéroport de Biarritz et sur les voies de chemin de fer pour exiger la libération de prisonniers | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Bake Bidea et les Artisans de la paix, qui militent pour la libération de prisonniers basques, ont bloqué ce samedi les grands axes de circulation du Pays basque pour interpeller le gouvernement.
Bake Bidea et les Artisans de la paix, qui militent pour la libération de prisonniers basques, ont bloqué ce samedi les grands axes de circulation du Pays basque pour interpeller le gouvernement.
©GAIZKA IROZ / AFP

Manifestations

Blocage du Pays basque : plusieurs routes ont été bloquées, des opérations ont été menées à l'aéroport de Biarritz et sur les voies de chemin de fer pour exiger la libération de prisonniers

10 points de blocage ont été ciblés par les manifestants, dont la mairie de Bayonne, les gares de Biarritz et Mauléon et le tarmac de l'aéroport de Biarritz.

A quelques jours des Fêtes de Bayonne, une importante opération de blocage a été menée au Pays basque. Selon des informations de France Info et de Sud-Ouest, les personnes mobilisées dans ces opérations ont annoncé avoir bloqué l'autoroute A63 entre Bayonne Nord et Bayonne Sud en direction de l'Espagne ce samedi, malgré l’interdiction de manifester émise vendredi par la préfecture des Pyrénées-Atlantiques. Les militants de l’association Bake Bidea et du mouvement des Artisans de la paix sont à l’initiative d’une action de « blocage » du Pays basque afin d’exiger la libération de prisonniers basques, anciens membres d'ETA.

Six personnes ont été placées en garde à vue pour leur rôle lors des actions de « blocage » du Pays basque organisées ce matin pour réclamer la libération de deux prisonniers basques. Il s'agit principalement des personnes qui ont bloqué l'aéroport de Biarritz en s'enchaînant sur le tarmac. Six manifestants ont fait irruption sur le tarmac de l’aéroport vers 8h30, avant d’être rapidement exfiltrés par la police.

Cinq manifestants se sont aussi enchaînés à la voie de chemin de fer entre Boucau et Bayonne, bloquant le trafic ferroviaire et provoquant des retards importants en gare de Bayonne. Selon la SNCF, peu avant 12h, la circulation était interrompue entre Tyrosse et Bayonne. Une opération de gendarmerie a été menée afin de déloger les protestataires.

D’autres individus ont été verbalisés pour avoir bravé l’interdiction aux abords de la gare de Biarritz. Certains se sont rassemblés devant la mairie de Bayonne.

Ces manifestations avaient été interdites par la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

Environ 1.700 personnes selon les organisateurs, 950 selon la préfecture, se sont réparties sur dix points de blocage d'axes de circulation, sur la côte basque comme à l'intérieur des terres.

D'autres groupes sont parvenus à bloquer le pont de la D810 entre Bidart et Guéthary et plusieurs autres routes ont été bloquées ce matin. Près de 400 personnes ont entravé l'avenue du Maréchal Soult à Bayonne et la route qui relie Hendaye à Behobie.

D'importants dispositifs policiers sont en place notamment à la gare et à l'aéroport de Biarritz, où un filtrage est effectué pour empêcher les manifestants de pénétrer dans le terminal.

Ces blocages visent à réclamer la mise en liberté conditionnelle de Ion Parot et Jakes Esnal, anciens membres d’ETA condamnés en 1997 à la réclusion criminelle à perpétuité avec d'autres membres d'un commando notamment responsable de l'attentat à la garnison de Saragosse en 1987, qui a fait 11 morts, dont six enfants. Ces deux ex-membres de l’ETA sont incarcérés en France depuis 32 ans.

Bake Bidea et les Artisans de la paix, qui militent pour la libération de prisonniers basques, ont donc bloqué ce samedi les grands axes de circulation du Pays basque pour interpeller le gouvernement sur la situation des prisonniers.

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !