Bijoutier de Nice : Stephan Turk a bien tiré dans le dos de son braqueur | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Bijoutier de Nice : Stephan Turk a bien tiré dans le dos de son braqueur
©

Enquête

Bijoutier de Nice : Stephan Turk a bien tiré dans le dos de son braqueur

Le procureur de Nice estime toutefois que cet élément n'est pas suffisant pour se prononcer sur la légitime défense.

Stephan Turk, le bijoutier de Nice mis en examen pour avoir tué l'un des hommes qui l'ont braqué, a bien tiré dans le dos d'Anthony Asli. Selon le procureur de Nice, "l'autopsie confirme que la balle a suivi un trajet de droite à gauche. Le projectile est entré sous l'omoplate droite et a traversé le cœur". Les résultats de l'autopsie ne suffisent pas à écarter totalement la thèse de l'absence de légitime défense. "Il est trop tôt pour dire si légalement il y a ou non légitime défense : il nous manque encore les expertises sur l'angle de tir notamment", explique-t-il.

Les images issues de la vidéosurveillance de la bijouterie montrent Stephan Turk baissé sous le rideau de sa boutique partiellement levé, en train de tirer sur ses agresseurs. Ces derniers ne sont toutefois pas visibles. Invité d'Europe 1, le bijoutier a déclaré : "Je voulais arrêter le scooter, c'est tout (...) Si j'avais voulu tirer sur lui j'avais l'occasion, il était devant moi à un mètre". Les images de la caméra de surveillance de la ville de Nice installée à proximité de la bijouterie ne permettent pas de confirmer cette affirmation. Lors du braquage, la caméra n'était pas orientée vers la bijouterie et n'a pas filmé la scène.

Stephan Turk bénéficie actuellement du soutien de nombreux commerçants niçois, qui réclament plus de sécurité, et d'élus locaux tels que Christian Estrosi (député-maire UMP de Nice), Eric Ciotti (président UMP du Conseil général des Alpes-Maritimes) et Jacques Peyrat (ancien maire de Nice).

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !