Bijoutier de Nice : le nombre de soutiens sur Facebook mis en doute | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
De nombreux internautes expriment leurs doutes face au succès apparent de la page Facebook "Soutien au bijoutier de Nice".
De nombreux internautes expriment leurs doutes face au succès apparent de la page Facebook "Soutien au bijoutier de Nice".
©Capture d'écran

Guerre des chiffres

Bijoutier de Nice : le nombre de soutiens sur Facebook mis en doute

La page Facebook intitulée "Soutien au bijoutier de Nice" revendiquait dimanche à la mi-journée plus d'1,4 million de "fans". Des internautes affirment que des "J'aime" ont été achetés.

Dimanche midi, la page Facebook de soutien au bijoutier de Nice, mis en examen pour avoir tué un des braqueurs de son magasin, revendiquait 1,4 million de "J'aime". Lancée mercredi, cette page est accompagnée du message suivant : "Soutenons ce bijoutier qui ne faisait que son travail." Le Figaro rappelle que cet homme, qui venait de se faire braquer, a tiré sur les malfaiteurs qui s’enfuyaient, tuant l'un d'eux. "La légitime défense n'a pas été retenue, le bijoutier ayant tiré dans le dos des deux hommes, une fois leur vol effectué", précise le quotidien.

Mais la vitesse faramineuse à laquelle cette page, créée anonymement, engrange les "likes" fait douter certains internautes de leur authenticité. Vendredi sur Twitter, de nombreuses personnes ont émis l'hypothèse que ces soutiens ont été achetés. Selon les statistiques du site SocialBakers, spécialisé dans les audiences des réseaux sociaux, moins de 250 000 membres de cette page proviennent de France. Et plus d’un million sont issus de "petits pays".


"Au prix du marché noir, 950 000 'likes' coûteraient 15 000 dollars. Un tel investissement est peu probable", estime Guilhem Fouetillou, professeur associé à Sciences Po et fondateur d'un institut d'analyse des conversations sur le Web. 


"Peu probable", mais possible selon Nicolas Saintagne, spécialiste des réseaux sociaux, interrogé sur BFM TV : "Au regard de leur ampleur, l'achat de ces soutiens est envisageable."

Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !