Béziers : six mois de prison ferme pour avoir balancé son chien par la fenêtre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Béziers : six mois de prison ferme pour avoir balancé son chien par la fenêtre
©Reuters

Loi des séries

Béziers : six mois de prison ferme pour avoir balancé son chien par la fenêtre

Un homme a été condamné par le tribunal correctionnel de Béziers pour avoir jeté Pouchka, un boxer de 13 mois, par la fenêtre du troisième étage.

Après le jet de chat, le jet de chiens : malheureusement pour Pouchka, les chiens ne retombent pas "automatiquement" sur leurs pattes. Le tribunal correctionnel de Béziers a condamné ce mercredi un homme à six mois de prison ferme et 1 000 euros d'amende pour avoir jeté son boxer de 13 mois par la fenêtre du troisième étage, en août 2013 : le chien n'avait malheureusement pas survécu à ses blessures.

"Ce monsieur a lâchement tué un chien. Il l’a balancé, telle une miette de pain" s'étrangle la Société Protectrice des Animaux (SPA) de Béziers, qui s'est constitué partie civile dans cette affaire. "Dans la soirée, monsieur en a eu marre. Et parce que la pauvre bête faisait ses besoins dans la maison, on la balance" rajoute l'avocat de la SPA de Paris, également partie civile.

Quelques jours à peine après l'émotion engendrée par l'affaire d'Oscar le chaton, sans oublier cette autre condamnation suite à l'empoisonnement fatal d'un autre chat, cette affaire remet la lumière sur les peines à infliger en cas de cruauté sur animaux : ce délit est actuellement passible de deux ans d'emprisonnement maximal selon le Code pénal. Le procureur de la République avait, dans le cas de Pouchka, demandé une année d'emprisonnement ferme, et n'aura donc été qu'à moitié entendu.

Vu sur Midi Libre

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !