Béziers : Robert Ménard veut créer une "garde biterroise" pour patrouiller dans sa ville | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La mission de cette "garde" sera de signaler tout acte suspect, et ce tant que l'état d'urgence sera maintenu.
La mission de cette "garde" sera de signaler tout acte suspect, et ce tant que l'état d'urgence sera maintenu.
©Capture d'écran du site du Dailymail

Bénévolat

Béziers : Robert Ménard veut créer une "garde biterroise" pour patrouiller dans sa ville

Lors d'une conférence de presse, Robert Ménard a précisé que les membres de cette "garde biterroise" ne porteront pas d'armes, mais seront en liaison radio avec le PC de la police municipale.

Le maire de Béziers a annoncé ce mardi sa volonté de créer une "garde biterroise" qui patrouillera dans les rues de la ville, dans le cadre de l'état d'urgence. "Vous êtes ancien policier, ancien gendarme, ancien militaire, ancien pompier, rejoignez la garde biterroise", peut-on lire sur une affiche appelant au volontariat, qui sera diffusée dans la ville de Béziers à parti du jeudi 3 décembre. 

Lors d'une conférence de presse, Robert Ménard (porche du Front national), a précisé que les membres de cette "garde biterroise" ne porteront pas d'armes, mais seront en liaison radio avec le PC de la police municipale de Béziers. Selon lui, la mission de cette "garde" sera de signaler tout acte suspect, et ce tant que l'état d'urgence sera maintenu.

Depuis les attentats du 13 novembre, Robert Ménard a demandé aux responsables des mosquées de Béziers de respecter les engagements d'une "charte" en six points, qui prévoit notamment de ne prêcher qu'en Français. 

Les mesures mises en place à Béziers par Robert Ménard depuis mars 2014 ont créé plusieurs polémiques, telles que celle sur le pourcentage d'élèves de confession musulmane dans les écoles publiques de sa ville, ou encore l'instauration d'un couvre-feu dans certains quartiers pour les mineurs de moins de 13 ans non accompagnés. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !