Bernard Madoff : la fraude aurait commencé au début des années 1970 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Bernard Madoff : la fraude aurait commencé au début des années 1970
©

Erreur

Bernard Madoff : la fraude aurait commencé au début des années 1970

L'acte d'accusation de novembre 2010 faisait commencer la fraude en 1992.

Bernard Madoff avait commencé bien plus tôt que ce que tout le monde imaginait. Alors que la justice avait estimé les débuts de l’escroquerie à l'année 1992, elle est revenue sur cette date et l'a avancée de plus d'une vingtaine d'années. Le bureau du procureur de New York a en effet déclaré lundi qu' "alors que l'acte d'accusation de novembre 2010 estimait que le conspiration pour escroquer les clients [de la société d'investissement de Madoff] avait commencé environ en 1992, le nouvel acte d'accusation la fait remonter jusqu'au moins au début des années 1970 ". Le procureur fédéral de New York Preet Bharara a par ailleurs ajouté qu' "avec les nouvelles charges que nous annonçons aujourd'hui contre ces cinq accusés, l'architecture du château de cartes de Madoff et le rôle de chaque accusé dedans devient plus clair ".

De nouvelles charges ont donc été retenues contre des employés de la société de Bernard Madoff. Le nouvel acte d'accusation vise notamment cinq employés de la société de l'escroc à l'origine de la plus grosse fraude financière de l'histoire. En effet, selon le responsable de la division du FBI à New York, la fraude qui a coûté au minimum dix-sept milliards de dollars à ses clients " n'était pas le travail d'une seule personne ". L'agent américain ajoute par ailleurs que " chacun des accusés sur son chemin a pu jouer un rôle-clef dans la conception, la construction et le maintien de ce château de cartes ".

Bernard Madoff a quant à lui plaidé coupable d'escroquerie et purge donc une peine de 150 ans de prison à Butner en Caroline du Nord aux États-Unis.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !