Bernard Cazeneuve réclame la "suspension" de la réforme des retraites | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Bernard Cazeneuve réclame la "suspension" de la réforme des retraites
©BENOIT TESSIER / POOL / AFP

Projet de loi "vacillant" ?

Bernard Cazeneuve réclame la "suspension" de la réforme des retraites

L'ancien ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a cosigné une tribune contre le projet du gouvernement. Il déplore l'absence de concertation, de consensus, de transparence, de fiabilité et de justice du texte.

Bernard Cazeneuve a co-signé une tribune pour le Huffington Post. Dans ce texte, il demande à Emmanuel Macron de suspendre la réforme des retraites. 

"L’intérêt général et l’intérêt d’une réforme durable des retraites commandent une suspension du projet actuel afin de remettre l’ouvrage sur le métier". 

Ce texte est co-signé par la présidente PS de la région Occitanie Carole Delga, ainsi que par les patrons des parlementaires socialistes Patrick Kanner (au Sénat) et Valérie Rabault (à l'Assemblée nationale).

Cette tribune dénonce la méthode mise en place par Emmanuel Macron, Edouard Philippe et le gouvernement dans la construction de la réforme des retraites. Bernard Cazeneuve dénonce l'absence de concertation, de transparence et de justice : 

"Le projet de l’exécutif est vacillant, car une réforme ne peut reposer sur un brouillon qui a fini par engendrer partout la défiance. Le raisonnement technocratique s’est doublé d’un entêtement politique. [...] Dans la société déjà ébranlée par la révolte des Gilets jaunes, la tension est maximale au point qu’est dangereusement fragilisée la concorde civile sans laquelle il n’est pas de démocratie politique et sociale".

Voici le lien pour retrouver la tribune de Bernard Cazeneuve : ICI

La Croix

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !