Bernard Cazeneuve pense qu'une baisse des impôts pourrait être possible dès 2016 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Bernard Cazeneuve pense qu'une baisse des impôts pourrait être possible dès 2016
©

On parie que vous allez payer

Bernard Cazeneuve pense qu'une baisse des impôts pourrait être possible dès 2016

"Il est prévu de baisser les impôts en 2017 mais si on peut faire plus vite, grâce au plan d'économies annoncé, on ira plus vite" a indiqué l'entourage du ministre.

La baisse des impôts ? Ce n'est pas pour tout de suite. Les Français vont encore devoir attendre quelques années. Mais peut-être moins longtemps que ce que le gouvernement a initialement envisagé. En effet, c'est ce que Bernard Cazeneuve a laissé entendre ce vendredi matin sur Europe 1. "Nous sommes dans une trajectoire qui, sur les trois ans qui viennent, va nous conduire à ne faire que des économies pour pouvoir, à partir de 2016, baisser les impôts" a indiqué le ministre du Budget.

"En 2014, ce sera essentiellement par des économies, et pour 2015, 2016 et 2017, ce sera exclusivement par des économies puisque nous allons nous engagé dans une trajectoire de diminution de la pression fiscale" a-t-il précisé. "Dans la trajectoire de finances publiques, il est prévu de baisser les impôts en 2017 mais si on peut faire plus vite, grâce au plan d'économies annoncé, on ira plus vite" a fait valoir l'entourage du ministre. François Hollande a répété mardi lors de sa conférence de presse que l'effort d'économies sur les dépenses serait de plus de 50 milliards d'ici à la fin du quinquennat.

Par ailleurs, les ministres du Budget et de l'Economie ont communiqué les chiffres du déficit de l'Etat jeudi soir à Bercy. Ainsi le déficit de l'Etat devrait s'établir à 74,9 milliards d'euros au cours de l'année écoulée, soit une amélioration de plus de 12 milliards d'euros par rapport à 2012. Cependant, les recettes ont été moins importantes que prévues à cause de la croissance "molle" et donc il a dérapé de 2,7 milliards d'euros par rapport aux prévisions du gouvernement qui tablait sur 72,1 milliards.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !