Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Chasse à l'homme

Berlin : la police recherche un Tunisien "lié à un réseau islamiste"

Selon les autorités allemandes, l'individu était déjà suspecté de vouloir préparer un attentat.

Le conducteur du camion qui a foncé sur la foule du marché de Noël lundi soir à Berlin, faisant 12 morts et 48 blessés, est toujours activement recherché par la police allemande.

Selon le journal Le Parisien qui cite plusieurs médias allemands, la police allemande recherche désormais un Tunisien dont les papiers d'identité ont été retrouvés dans le camion utilisé pour perpétrer l'attentat. L'individu est connu des services de police pour des coups et blessures mais a disparu avant de pouvoir être jugé. D'après le quotidien Bild, l'homme est considéré comme dangereux car lié à "un grand réseau islamiste". Le suspect est connu sous trois identités, dont celle d'Anis A., et trois âges différents. Il serait originaire de Tataouine, dans le sud de la Tunisie.

D'après les autorités allemandes, cet homme était déjà suspecté avant le drame de préparer un attentat, et avait été signalé en novembre au centre allemand de lutte contre le terrorisme. 

"La police judiciaire de Rhénanie du Nord-Westphalie avait initié une enquête auprès du parquet fédéral allemand (compétent en matière de terrorisme) en raison de suspicions sur la préparation d'un acte criminel grave représentant un danger pour l'État", a déclaré Ralf Jäger, le ministre de l'Intérieur de cette région de l'ouest de l'Allemagne, où le suspect a habité en 2016. 

Après 24 heures de chasse à l'homme, les forces de l'ordre assurent qu'elles sont en train de suivre un certain nombre de pistes. Le président de la fédération de la police criminelle allemande, la BDK, a déclaré mardi soir à la télévision que la police comptait effectuer une arrestation sous peu. "J'ai bon espoir que nous puissions, peut-être demain ou dans un proche avenir, présenter un nouveau suspect", a déclaré André Schulz lors d'une émission sur la chaîne de télévision publique ZDF.

De son côté, le président de la conférence des ministres de l'Intérieur des différents Länder allemands, Klaus Bouillon, estime que des mesures de sécurité renforcées doivent être prises. "Nous voulons renforcer la présence policière et la protection des marchés de Noël. Il y aura des patrouilles supplémentaires. Les policiers auront des fusils mitrailleurs", a-t-il déclaré au quotidien Passauer Neue Presse de mercredi. "Nous voulons avoir accès aux marchés plus difficiles, ceux où il y a des véhicules garés."

>>> À lire aussi : Terrorisme islamiste : l’Europe dans le tourbillon d’une nouvelle guerre de trente ans (à moins que ce ne soit 50 voire 80 ?)

Angela Merkel est en chute libre

Depuis lundi soir, le débat sur l'immigration agite de plus en plus la classe politique allemande qui a accueilli environ un million de réfugiés en 2015 et près de 300 000 personnes supplémentaires en 2016.

Le ministre bavarois de l'Intérieur, Joachim Herrmann (CSU, conservateur), a déclaré mercredi à la radio que le risque d'attentat islamiste était plus élevé en raison de cet afflux de migrants. Mercredi, la confusion et les craintes des Berlinois restaient donc grandes et les mesures de sécurité ont été renforcées dans la capitale.

En même temps, Angela Merkel se retrouve au centre de toutes les critiques, à cause de sa politique migratoire jugée trop généreuse. "Ce sont les morts de Merkel !", a martelé Marcus Pretzell, l'un des responsables du parti de droite populiste Alternative pour l'Allemagne (AfD). Pour Frauke Petry, patronne de l'AfD, "l'Allemagne n'est plus sûre" face "au terrorisme de l'islamisme radical".

Des accusations que le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière a jugé "odieuses" sur le site de Bild mardi soir.

>>> À lire aussi : Terrorisme : le troublant aveu de faiblesse d’Angela Merkel qui ne présage rien de bon sur la résilience de l’Allemagne face aux attentats

 

Lu sur Challenges

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !