Belgique : Michelle Martin, l’ex-femme de Marc Dutroux va sortir de prison | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Belgique : Michelle Martin, l’ex-femme de Marc Dutroux va sortir de prison
©

Libération

Belgique : Michelle Martin, l’ex-femme de Marc Dutroux va sortir de prison

La justice belge a autorisé la liberté conditionnelle de Michelle Martin arrêtée avec Marc Dutroux en 1996.

Michelle Martin, bientôt libre. La Cour de cassation belge a en effet levé les derniers obstacles juridiques à la libération de l’ex-femme et complice du meurtrier pédophile belge Marc Dutroux. Les familles des victimes n’ont donc plus aucun recours et doivent accepter la décision de la plus haute juridiction du royaume de Belgique. Cette dernière s’est rangée à la décision prise le 31 juillet dernier par les juges du tribunal d’application des peines de Mons qui autorisaient Michelle Martin à quitter la prison après avoir purgé 16 des 30 années auxquelles elle avait été condamnée pour sa participation aux crimes de son ex-mari. Les citoyens belges peuvent en effet être relâchés sous libération conditionnelle après avoir effectués un tiers de leur peine. Michelle Martin avait été déclarée coupable d’avoir séquestré plusieurs des victimes du pédophile Marc Dutroux, mais aussi d’avoir laissé mourir de faim Julie Lejeune et Melissa Russo, alors âgées de huit ans.

Âgée aujourd’hui de 52 ans, Michelle Martin est libérable immédiatement. Cette ancienne institutrice rejoindra le couvent des Sœurs Clarisse à Malonne près de la ville de Namur dans lequel elle travaillera plusieurs heures par jour en échange du gîte et du couvert de la dizaine de sœurs qui ont notamment justifié leur décision d’accueillir Michelle Martin par la tradition de l’hospitalité monastique et le principe de miséricorde.

Les réactions suite à l’annonce de sa libération par la Cour de cassation belge ne se sont pas fait attendre. Les familles des victimes s’opposaient en effet férocement à une telle décision. Cette décision relance également en Belgique le débat sur l’opportunité de rendre incompressibles les peines pour les crimes les plus graves.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !