Belgique : l’euthanasie pour les mineurs légalisée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Belgique : l’euthanasie pour les mineurs légalisée
©

Fin de vie

Belgique : l’euthanasie pour les mineurs légalisée

Les enfants gravement malades affrontant "des souffrances physiques et insupportables" pourront demander l'euthanasie, sous conditions.

C’est une première mondiale. Ce jeudi 13 février 2014, la Belgique est devenue le premier pays au monde à légaliser l’euthanasie pour les mineurs atteints de maladie incurable et affrontant "des souffrances insupportables" sans restrictions d’âge. Le texte, adopté en décembre par les sénateurs, a été approuvé par les députés sans difficulté.

Les Pays-Bas, seul autre pays à s'être également doté d'une loi sur le sujet, autorisent l'euthanasie pour les mineurs depuis 2002, mais avec une restriction d'âge : ce n'est qu'à partir de 12 ans que l'individu peut demander à mourir - l'accord des parents étant obligatoire entre 12 et 16 ans.

Si le plat pays possède depuis 2002 une loi encadrant l’euthanasie pour les majeurs, les auteurs du texte adopté ce jour ont estimé que la décision de fin de vie doit être aussi accessible aux mineurs. Un accès sous conditions : un psychologue ou un pédopsychiatre devra évaluer leur capacité de discernement. Autre condition : que leurs deux parents soient d'accord.

Si le texte adopté ne fixe pas de limite minimale d'âge, contrairement à la situation néerlandaise, c’est parce que divers spécialistes ont estimé que le discernement ne pouvait être réduit à la question de l’âge de l’enfant. Les parlementaires belges ont en effet estimé qu’il convient plutôt de déterminer si la demande d'un patient est éclairée et s'il est "en capacité d'en apprécier toutes les conséquences", détaille lemonde.fr.

La nouvelle loi concernera les enfants gravement malades, en phase terminale, affrontant "des souffrances physiques et insupportables" ;  la notion de souffrance psychique a, elle, été écartée.

Lu sur lemonde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !