Bébés morts à Chambéry : un quatrième cas, Touraine confirme qu'il avait reçu une poche de nutriments du laboratoire Marette | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Bébés morts à Chambéry : un quatrième cas, Touraine confirme qu'il avait reçu une poche de nutriments du laboratoire Marette
©

Triste affaire

Bébés morts à Chambéry : un quatrième cas, Touraine confirme qu'il avait reçu une poche de nutriments du laboratoire Marette

La ministre a estimé qu'il était encore trop tôt pour savoir si la cause était la même que pour les morts précédentes.

L'affaire des trois bébés morts à l'hôpital de Chambéry est loin d'être terminée et la justice enquête toujours. Elle est même sur la piste d'un quatrième cas, un nourrisson décédé en mars. Comme les autres, sa mort pourrait être due à la une contamination de sa poche nutrition. "Il s'agit d'un bébé qui est mort au mois de mars, pas du tout à la même période, pour lequel l'hôpital s'interroge et pour lequel la famille nous a saisis", a indiqué le procureur.

"J'ai fait un (réquisitoire) supplétif vendredi dernier et la juge d'instruction (du pôle santé de Marseille) Annaïck Le Goff est saisi du cas de ce bébé", précise-t-il. Les poches alimentaires mises en cause dans le décès en décembre de trois bébés avaient été fournies par le laboratoire Marette.

Ce mercredi matin, invitée sur RMC, Marisol Touraine a confirmé que le bébé avait reçu une poche de nutriments du laboratoire Marette, mais d'un lot différents de celui incriminé dans la mort des trois autres nouveau-nés. La ministre de la Santé a estimé qu'il était encore trop tôt pour savoir si la cause était la même que pour les morts précédentes. Elle indique également avoir lancé une enquête au sein de l'organisation de l'hôpital.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !