Bébé secoué devenu aveugle : le père condamné à 17 ans de prison | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Bébé secoué devenu aveugle : le père condamné à 17 ans de prison
©

Procès

Bébé secoué devenu aveugle : le père condamné à 17 ans de prison

Un père a été condamné, ce jeudi soir, à 17 ans de prison pour des violences commises sur son bébé. Suite à ces mutilations, le bambin est devenu aveugle et infirme.

Triste histoire. Un père de famille a été condamné à 17 ans de prison par les assises du Rhône pour avoir commis des violences sur son bébé. A 30 ans, Laurent Thoret était en effet jugé pour "violence suivie de mutilation ou infirmité permanente sur un mineur de 15 ans par un ascendant". Après trois heures de délibérations, la cour a quasiment suivi les demandes de l'avocate générale qui, elle, avait requis 18 ans de réclusion à son encontre.

Rappel des faits. Dans la nuit du 19 janvier 2011, un bébé de 4 mois était admis aux urgences et dans le coma. Le bambin présentait une fracture du crâne et d'importantes hémorragies internes. A ce moment, les médecins étaient assurés que l'enfant, qui s'appelle Djason, avait été secoué. Mais ce n'est pas tout. Deux mois après sa naissance, un pédiatre de la PMI avait déjà remarqué des lésions sur les poignets du nourrisson ainsi que sur son ventre. Il avait alors alerté le parquet des mineurs de Lyon. Aujourd'hui, l'enfant est infirme et aveugle.

Laurent Thoret vivait avec sa femme, déficiente mentale et placée sous curatelle depuis 2005. Agressif, il n'était pas le père biologique de Djason. Au procès, il avait été décrit comme "un manipulateur", un "dominateur tyrannique et violent", "incontrôlable dans l'impulsivité", "un homme dangereux socialement que la violence libère". Il aurait par ailleurs empêché pendant trois jours sa compagne d'amener le bébé aux urgences alors que ce dernier convulsait. Il a fini par céder car il s'est dit : "s'il meurt, c'est pire pour moi".

Lu sur TF1 News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !