Bayrou comparé au sida : Nicolas Sarkozy décide de porter plainte contre le Parisien | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Bayrou comparé au sida : Nicolas Sarkozy décide de porter plainte contre le Parisien
©REUTERS/Gonzalo Fuentes

A l'attaque

Bayrou comparé au sida : Nicolas Sarkozy décide de porter plainte contre le Parisien

Le journal avait rapporté mercredi que le président de l'UMP avait comparé François Bayrou au sida. Une information qui avait provoqué la colère de l'association de lutte contre le VIH.

La guerre est déclarée entre Le Parisien-Aujourd'hui en France et Nicolas Sarkozy. Mercredi, le journal avait rapporté que le président de l'UMP avait comparé François Bayrou au sida. Une information qui avait provoqué la colère de l'association de lutte contre le VIH qui a réagi par communiqué en disant : "Cher Nicolas Sarkozy, nous vivons avec le "sida" et malgré le dégoût que vos propos nous inspirent, nous vous embrassons bien fort. Surtout ne vous inquiétez pas, vous ne risquez rien". Dans la foulée, Véronique Waché, conseillère presse de l'ancien Président de la république, a tenu à démentir ces propos sur twitter : "Démenti ferme et absolu face aux propos attribuées de façon inadmissible et mensongère par @leParisien_pol à @NicolasSarkozy sur @bayrou".

Plus tard dans la soirée, dans un communiqué publié mercredi soir sur sa page Facebook, Nicolas Sarkozy annonce qu'il va engager des poursuites judiciaires : "Ayant pris connaissance avec stupéfaction et avec écoeurement des propos qui me sont prêtés et que je n'ai jamais tenus, dans l'article signé de Martine Chevalet paru dans l'édition du Parisien du 8 avril sous le titre Les centristes divisés face à l'UMP, j'ai chargé mon conseil, maître Thierry Herzog, d'engager immédiatement des poursuites judiciaires qui s'imposent du chef de diffamation. Tant mes convictions personnelles que mon engagement politique dans la lutte contre le sida viennent leur apporter un démenti catégorique".

Le président de l'UMP précise aussi espérer obtenir réparation du préjudice pour "toutes les personnes atteintes par la maladie, à leurs proches et à toutes des associations engagées à leurs côtés".

 

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !