Banlieues : le cri d'alarme de Malek Boutih | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Malek Boutih souhaite que Manuel Valls se présente à la campagne présidentielle de 2017.
Malek Boutih souhaite que Manuel Valls se présente à la campagne présidentielle de 2017.
©Reuters / Régis Duvignau

Lanceur d'alerte

Banlieues : le cri d'alarme de Malek Boutih

Malek Boutih, soutien de Manuel Valls qu'il souhaite voir se présenter en 2017, a appelé aujourd'hui à une "offensive antiracaille dans les banlieues".

Le député PS et ancien président de SOS Racisme, Malek Boutih a déclaré ce jeudi sur RTL qu'il fallait mener "une vraie offensive antiracaille dans les banlieues".

Depuis trois jours, des policiers manifestent pour protester après l'agression de quatre de leurs collègues à Viry-Châtillon. Malek Boutih a pris leur défense : "c'est normal que les mecs aient les boules, qu'ils aient peur, on doit les protéger". Il a estimé qu'il ne fallait pas traiter ces manifestants en extrémistes : "il y a peut-être des gens d'extrême droite qui chauffent, il y en a toujours, mais je ne pense pas que ce soit le cœur des mécontentements".

Malek Boutih a aussi lors de cet entretien expliqué les origines de ce "nouveau gangstérisme" présent dans les banlieues. Il serait né d'après lui au croisement "de la prohibition de la drogue, de l'abandon des territoires, d'une décentralisation qui fait qu'on a des élus locaux parfois, soit qui parlementent avec les voyous, soit les laissent faire, soit qui disent 'Il me faut de l'argent, de l'argent'" ".

Pour y faire face, il préconise l'isolement des "voyous du reste de la population et de la jeunesse".

Malek Boutih a enfin déclaré qu'il ne soutenait pas François Hollande pour la prochaine échéance électorale et qu'il poussait Manuel Valls à se présenter à l'élection présidentielle de 2017. 

LU SUR EUROPE 1.FR

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !