Bangladesh : 50 000 travailleurs en grève | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Bangladesh : 50 000 travailleurs en grève
©

Mouvement social

Bangladesh : 50 000 travailleurs en grève

Les Bangladais réclament une augmentation du salaire minimum.

Près de 50 000 bangladais, employés dans l'industrie du textile, ont cessé le travail et sont descendus dans la rue pour réclamer une augmentation du salaire minimum. Ils sont actuellement 4 millions à travailler pour l'industrie d'exportation du vêtement pour 28 euros par mois. Un chiffre bien faible par rapport aux 15 milliards d'euros que rapporte ce business à l'Etat. Les travailleurs demandent une revalorisation salariale à hauteur de 76 euros par mois.

Le gouvernement du Bangladesh a bien accepté une augmentation salariale mais celle-ci, de 20%, n'a pas convaincu les grévistes. Ces derniers l'ont tout bonnement qualifiée d'"inhumaine et humiliante". Le mouvement commence à prendre de l'ampleur et plus de 300 usines ont été fermées près de la capitale. Les employés ont organisé un walk-out, le blocage d'une autoroute et endommagé quelques voitures au cours de leur manifestation.

Pendant ce temps, l'Etat a entamé des négociations avec les manifestants et les propriétaires d'usine. Ces derniers sont, pour leur part, strictement opposés à l'augmentation des salaires, leurs clients occidentaux s'adressant à eux pour acheter des vêtements à de bons prix. Des prix qu'une hausse des salaires risque de faire augmenter.

En Juillet dernier, le Bangladesh a donné un coup de pouce aux droits des travailleurs, après l'effondrement du bâtiment d'une usine, faisant, trois mois plus tôt, plus de 1 100 morts. Le pays est également confronté à la pression de l'Union européenne, qui le menace de sanctions, à moins que les normes de sécurité des travailleurs soient améliorées.

Lu sur RT.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !