Baclofène : utile contre l'alcoolisme, une autorisation temporaire bientôt accordée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Baclofène : utile contre l'alcoolisme, une autorisation temporaire bientôt accordée
©Flickr / MrMoaks

Feu vert

Baclofène : utile contre l'alcoolisme, une autorisation temporaire bientôt accordée

Le relaxant musculaire Lioresal et ses génériques devraient bientôt faire l'objet d'une autorisation temporaire par l'Agence du médicament.

Le docteur Olivier Ameisen, ancien alcoolique guéri grâce à ce myorelaxant bon marché, a passé sa vie à défendre ce médicament et à demander que soit autorisée sa prescription dans le cadre de la lutte contre l'alcoolo-dépendance. Il semble avoir afin obtenu gain de cause.

Le patron de l'Agence du médicament (ANSM), Dominique Maraninchi, a annoncé lundi qu'une autorisation de prescription "temporaire" devrait être accordée pour cette "vieille" molécule autorisée depuis 1974 mais seulement pour traiter... les contractures musculaires. Il s'exprimait dans le cadre d'un colloque organisé à Paris par l'Association Baclofène à l’hôpital Cochin. Il a précisé que des "connaissances supplémentaires sur l’efficacité de ce médicament étaient nécessaires". Le médicament n'est donc pas encore officiellement accepté dans le cadre du traitement de l'alcoolisme.

Le Lioresal et ses génériques se sont en effet avérés utiles dans bon nombre de cas, mais les données relatives à la sécurité de leur utilisation demeurent incomplètes.

En attendant une autorisation définitive, une RTU (recommandation temporaire d'utilisation) devrait donc etre accordée dans les prochaines semaines. Mais rien n'est encore acté, rappelle le Midi Libre, qui a interrogé l'ANSM : "Même si l’Agence va dans le sens de la RTU, rien n’est acté pour le moment", a précisé l'agence. "L’information selon laquelle le Baclofène obtiendrait cette recommandation temporaire n’est pas erronée, elle est simplement précoce".

En avril dernier, un appel, signé par une trentaine de personnalités, en faveur d'une RTU avait été médiatisé.

Lu sur La Croix.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !