L'avocate de Merah ne remet pas "pour le moment" les vidéos au parquet de Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
L'avocate de Merah ne remet pas "pour le moment" les vidéos au parquet de Paris
©

Rebondissement

L'avocate de Merah ne remet pas "pour le moment" les vidéos au parquet de Paris

Cette déclaration fait suite à la diffusion par TF1 d'enregistrements de discussions avec des policiers durant le siège.

Mais où sont ces fameuses preuves? Me Zahia Mokhtari, l'avocate algérienne du père de Mohammed Merah, dit détenir depuis des semaines des preuves en faveur du fils de son client. En particulier, les fameuses vidéos filmées durant le siège de la résidence de l'auteur des sept meurtres par la police.

Mais Me Mokhtari a fini par déclarer, ce jeudi, à Alger, qu'elle ne remettrait pas "pour le moment" au parquet français ces vidéos. "Je vais mettre les vidéos de côté pour le moment et les remettrai en temps opportun. Nous avons suffisamment d'éléments dans le dossier et nous en remettrons de nouveaux à la justice française lors de mon déplacement en France ce soir".

Ces vidéos, au nombre de deux et d'une vingtaine de minutes chacune, devaient pourtant être remises au parquet de Paris lors de la visite de l'avocate. Surtout que celui-ci doute de leur existence.

Ce rebondissement fait suite au tollé provoqué par la diffusion par TF1d'enregistrements audio où l'on entend Mohamed Merah expliquer ses crimes d'un ton posé lors d'une discussion avec les policiers durant le siège. "Nous ne voulons pas que la justice décide de mettre de côté ces vidéos sachant qu'elles sont en contradiction avec ce qui a été diffusé par la chaîne française", a expliqué l'avocate, en précisant que la défense les garderait pour plus tard "comme une cerise sur le gâteau".

Lu sur TF1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !