Avignon : les intermittents et Filippetti ne dialogueront pas | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Avignon : les intermittents et Filippetti ne dialogueront pas
©Fondapol

Fin de non recevoir

Avignon : les intermittents et Filippetti ne dialogueront pas

La ministre a également été prise à partie par des intermittents, à quelques centaines de mètres de la préfecture, au village du Off.

Ce Mercredi, les intermittents présents à Avignon ont refusé de rencontrer la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, alors que celle-ci avait fait le déplacement au festival pour deux jours, afin d'entamer une table ronde voulue par Manuel Valls, alors que de nombreux spectacles ont déjà été annulés. Lors d'une assemblée générale, les membres des collectifs du In et du Off, de la CGT-Spectacle et de la Coordination des intermittents et précaires (CIP), ont décidé au terme d'un vote qu'ils ne rencontreraient pas la ministre de la Culture. A défaut de discuter avec la ministre, ils ont adressé un message à Manuel Valls pour lui demander un engagement, dès jeudi, à ouvrir des négociations sur le nouveau régime d'assurange chômage que les intermittents contestent. "Si demain, jeudi 17 juillet 2014, l'ouverture des négociations n'était pas actée, ce serait une nouvelle fin de non-recevoir à notre encontre et nous saurons y répondre", ont prévenu les intermittents. 

Par ailleurs, la ministre de la Culture a été prise à partie par certains intermittents, au village du Off. "La ministre est arrivée vers 16h30, on a parlé, je lui ai fait part de ce que le Off souhaitait", a expliqué le directeur du Off Greg Germain. "Et puis sont arrivés les énervés (...) comme d'habitude une vingtaine de brailleurs qui hurlaient 'on ne veut pas de vous'", explique-t-il sur France info. "On a appris qu'elle était au village du Off, donc on s'y est précipité. Elle était attendue, et on a scandé des mots d'ordre pour dire 'dehors, dehors les enfumeurs'", a raconté de son côté Marc Slyper, de la CGT-spectacle à la radio, qui estime leur nombre à "une petite centaine".

 

 

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !