Autriche : "ce sont bien les héritiers du nazisme qui sont entrés en position de force" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Autriche : "ce sont bien les héritiers du nazisme qui sont entrés en position de force"
©

Protestation

Autriche : "ce sont bien les héritiers du nazisme qui sont entrés en position de force"

Dans le Monde, une tribune signée par Beate et Serge Klarsfeld ou encore Bernard Kouchner dénonce l'arrivée de l'extrême-droite en Autriche.

Si en 1999, l'arrivée au gouvernement autrichien de l'extrême-droite avait provoqué un véritable tollé, son retour en 2017 n'a pas fait de vagues. Dans le Monde, plusieurs personnalités dont Beate et Serge Klarsfeld ou encore Bernard Kouchner ont dénoncé cet état de fait. "Ne détournons pas les yeux : ce sont bien les héritiers du nazisme qui sont entrés en position de force dans le nouveau gouvernement autrichien. Nous sommes tous concernés, car nous sommes tous menacés par leur funeste idéologie de haine" écrivent-ils.

"Nous refusons l’idée selon laquelle la progression du nationalisme et la fin de la démocratie seraient une fatalité, et l’action contre les héritiers du nazisme, inutile voire illégitime. Au contraire, nous pensons qu’il est de la responsabilité éthique, citoyenne et politique de tous de se confronter résolument à eux" poursuivent les signataires. "C’est pourquoi nous appelons à la mise au ban de l’Europe de ce gouvernement autrichien. En pratique, cela signifie que les ministres autrichiens d’extrême droite ne doivent être reçus par aucun de leurs homologues européens, qui ne doivent participer à aucune réunion ou rencontre avec eux."

Et de conclure : "Ce n’est pas en laissant se déployer avec permissivité les idéologies qui ont amené à sa destruction que l’avenir de l’Europe peut être bâti, mais en combattant vigoureusement pour ses valeurs humanistes fondamentales."

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !