Aubagne : le cauchemar pour deux prêtres braqués et torturés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Soirée cauchemardesque pour deux prêtres, à Aubagne
Soirée cauchemardesque pour deux prêtres, à Aubagne
©Reuters

Nuit d'angoisse

Aubagne : le cauchemar pour deux prêtres braqués et torturés

A Aubagne, deux prêtres ont été braqués et torturés dans leur villa par deux malfaiteurs, ce jeudi soir. L'une des victimes a été hospitalisée.

Deux prêtres, âgés de 64 et 31 ans, ont vécu une soirée de cauchemar, ce jeudi à Aubagne (Bouches-du-Rhône). Dès 21h00, deux malfaiteurs ont forcé la porte d'entrée alors que leurs victimes se trouvaient dans le salon, rapporte La Provence. Les braqueurs auraient alors crié "l'or, donnez-nous de l'or !" persuadés d'avoir visé une cible de choix. A la recherche de lingots, ces derniers n'ont pu obtenir de réponse de la part des ecclésiastiques. Convaincus qu'ils cachaient la vérité, il les ont ligotés avant de les torturer.

Après de longues minutes d'intimidation, les agresseurs ont forcé le propriétaire des lieux à les mener jusqu'au coffre-fort. Alors que celui-ci était fermé, l'un des braqueurs serait allé chercher une scie électrique pour ouvrir le coffre vide.

Voyant qu'il n'y avait pas de lingots d'or, ils auraient menacé leurs victimes avec un cutter allant jusqu'à planter l'arme dans l'oreille du plus vieux, âgé de 64 ans. Ce curé de la paroisse de Port-de-Bouc aurait failli subir une amputation du doigt. Sans aucune nouvelle d'un quelconque trésor, les braqueurs auraient alors enfermé les deux prêtres dans une pièce avant de s'enfuir. Finalement, le jeune prêtre de 31 ans a réussi à se libérer et a prévenu une voisine qui a appelé les secours. En état de choc, ils ont été conduits aux urgences. L'état du prêtre de 64 ans restait très sérieux, ce vendredi matin. La brigade de répression du banditisme de la police judiciaire va devoir reconstituer la scène afin de collecter des informations concernant les malfaiteurs.

Lu sur La Provence

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !