Attentats de Paris : une "fausse victime" a tenté de toucher 20 000 euros | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Attentats de Paris : une "fausse victime" a tenté de toucher 20 000 euros
©Reuters

Escroquerie

Attentats de Paris : une "fausse victime" a tenté de toucher 20 000 euros

Une jeune femme de 24 ans, qui avait présenté un faux certificat médical aux policiers, prétendait s'être trouvée au bar "Le Carillon" le 13 novembre au soir.

Quelques semaines après les attentats sanglants qui ont frappé la capitale le 13 novembre 2015, une jeune mère de famille s'était signalée auprès de plusieurs organismes, tentant de se faire passer pour une victime des attaques terroristes afin d'être indemnisée. 

>>>> A lire aussi : Attentats de Paris : les militaires ont reçu l'ordre de ne pas intervenir

Cette jeune femme de 24 ans, qui avait présenté un faux certificat médical aux policiers, prétendait s'être trouvée au bar "Le Carillon" le 13 novembre au soir, et sera donc jugée pour "escroquerie" et "tentative d'escroquerie" le 13 juin prochain. La jeune mère s'était présentée le 22 décembre dernier au commissariat des Mureaux pour porter plainte, assurant faire partie des victimes des attaques qui ont fait 130 morts et 413 blessés à Paris et Saint-Denis. 

>>>> A lire aussi : Attentats de Paris : les juges vont tenter de répondre aux questions des victimes

Elle avait été interrogée le 31 décembre par les enquêteurs de la police judiciaire de Versailles, chargée par le parquet de Paris de recenser les victimes, déclarant "avoir été soufflée par une explosion" et "gravement blessée à un bras". Mais la terrasse du bar "Le Carillon" avait été seulement visée par des tirs de fusil d'assaut, et non par une charge explosive. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !