Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
"Ces terroristes, pour la plupart de nationalité belge, provenaient de la ville de Molenbeek-Saint-Jean", souligne l'avocate des parents de la victime.

Responsabilité

Attentats de Paris : la famille d'une victime attaque la Belgique devant la justice européenne

Les auteurs des attentats "ont pu se déplacer entre la France et la Belgique, et ce, malgré une surveillance de la part des autorités belges", rappelle Me Maktouf, qui représente plusieurs familles de victimes du 13 novembre.

Les parents du jeune Valentin Ribet, qui a perdu la vie à 26 ans dans l'attaque du Bataclan, ont décidé de déposer une requête devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) contre la Belgique, pour dénoncer de "graves dysfonctionnements". 

Les proches de la victime "estiment que de graves dysfonctionnements se sont produits dans le système belge de protection et de surveillance, ce qui a facilité l'infiltration des terroristes sur le territoire français et la commission de ces attentats", explique Me Samia Maktouf, l'avocate des parents de Valentin Ribet, dans un communiqué publié ce lundi. 

"Ces terroristes, pour la plupart de nationalité belge, provenaient de la ville de Molenbeek-Saint-Jean (…) où ils avaient été radicalisés, formés au djihad et préparés à des actions armées sur le territoire français", ajoute-t-elle. 

Tué par la police lors de l'assaut d'un appartement à Saint-Denis, le djihadiste présenté comme "le cerveau" des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud, ainsi que Salah Abdeslam, toujours en fuite, "ont pu se déplacer entre la France et la Belgique, et ce, malgré une surveillance de la part des autorités belges", rappelle Me Maktouf, qui représente plusieurs familles de victimes du 13 novembre. 

>>>> à lire aussi : Attentats, accusée Belgique, levez-vous : l’enquête qui pointe l’ampleur des dérives du Molenbeekistan

 

Lu sur Le Point
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.